FAQ

Vous trouverez ici une série de questions que vous vous posez peut-être et des réponses pour chaque question. N’hésitez pas à nous en poser d’autres !
Venez faire un tour sur notre page sensibilisations pour trouver une foule de conseils !

Œuvre Nationale des Aveugles (7)

L’ONA, c’est quoi ?

Depuis 1922, l’Œuvre Nationale des Aveugles agit pour l’autonomie, l’inclusion et l’épanouissement des personnes déficientes visuelles. Grâce à ses antennes locales à Bruxelles et en Wallonie, elle leur propose différents services de proximité.

Que fait concrètement l’ONA pour les personnes aveugles et malvoyantes ?

L’ONA propose :

  • Un suivi global dans toutes les démarches de la vie quotidienne : administratif, logement, emploi, sécurité sociale, chiens-guides, matériel adapté…
  • Un accompagnement personnalisé pour les enfants et jeunes déficients visuels qui suivent des cours dans l’enseignement ordinaire
  • La transcription de cours et d’ouvrages en braille, 3D, grands caractères et format audio
  • Des activités de loisirs adaptées ainsi que des animations ludiques et littéraires  
  • Le prêt de livres en braille, audio et grands caractères
  • Des jeux accessibles pour tous 
  • Une formation à l’utilisation des nouvelles technologies

Qu’est-ce qui caractérise l’accompagnement de l’ONA ?

L’accompagnement de l’ONA se caractérise par :

  • Un suivi global, qui implique l’entourage et tient compte des besoins de la personne dans tous les domaines de sa vie
  • Des réponses personnalisées, dans le respect de la personne et de ses choix
  • Un accompagnement spécifique durant toute la scolarité
  • Des solutions adaptées à l’évolution de la société
  • La volonté de rendre la personne pleinement actrice de son projet de vie  

Combien de personnes bénéficient des services de l’ONA ?

Environ 3.000 personnes bénéficient des services de l’ONA.

Que puis-je faire pour aider l’ONA ?

Il existe diverses façons d’apporter votre aide concrète à l’ONA :

Vous êtes une entreprise ? Devenez partenaire de l’ONA : https://ona.be/partenaires/

Comment l’ONA est-elle financée ?

L’ONA dépend à 50 % de la générosité de ses donateurs et testateurs : sans eux, nous ne pourrions pas offrir un suivi personnalisé aux personnes déficientes visuelles.

Les pouvoirs subsidiants sont également indispensables : ils nous permettent de financer une grande partie de l’accompagnement bruxellois et de la bibliothèque, ainsi qu’une partie de l’accompagnement social en Wallonie.

recettes 2016

Que fait l’ONA avec mes dons ?

Vos dons reviennent directement à nos actions :

  • Avec 10 €, par exemple, vous offrez à une personne déficiente visuelle un accès à la bibliothèque pendant 1 an.
  • Avec 25 €, vous lui offrez une activité de loisirs qui lui permet de sortir de l’isolement.
  • Avec 40 €, vous participez à l’achat d’un nouveau jeu pour notre ludothèque et au matériel nécessaire à son adaptation.
  • Avec 120 €, vous permettez à une personne aveugle ou malvoyante d’être suivie durant 2 ans par un assistant social de l’ONA.
  • Avec 300 € : vous participez à la transcription de cours en braille, grands caractères et relief pour un jeune déficient visuel.

Pour en savoir plus sur la destination de vos dons : https://ona.be/agir/faire-un-don/ce-que-nous-faisons-avec-vos-dons/

La déficience visuelle (15)

Combien y a-t-il de personnes aveugles et malvoyantes en Belgique ?

Il n’existe pas de chiffres officiels en Belgique, mais l’OMS estime que dans la plupart des pays industrialisés, 1 personne sur 100 est malvoyante et 1 personne sur 1000 est aveugle.

Quelles sont les principales causes du handicap visuel ?

Certaines personnes naissent avec une déficience visuelle, d’autres perdent la vue en cours de vie. Parmi les causes les plus fréquentes, on compte la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge), le glaucome, la cataracte et la rétinopathie diabétique. Les causes du handicap visuel peuvent également être héréditaires : rétinopathie pigmentaire, albinisme oculaire, maladie de Stargardt…

Enfin, la déficience visuelle peut également être due à des accidents.

La personne déficiente visuelle est-elle aveugle ou malvoyante ?

Les « personnes déficientes visuelles » désignent les personnes porteuses d’un handicap visuel, qu’elles soient aveugles ou malvoyantes. 

A partir de quand peut-on dire qu’une personne est malvoyante ?

Une personne est considérée comme malvoyante lorsque sa vue ne peut plus être corrigée par des lunettes ou des lentilles. Elle présente une acuité visuelle inférieure ou égale à 3/10ème ou un champ visuel limité à moins de 20 degrés.

Comment reconnaît-on une personne malvoyante ?

Certaines personnes portent clairement le message du handicapD’autres, au contraire, ne présentent aucun signe extérieur visible. Dans ce dernier cas, les personnes malvoyantes se heurtent régulièrement à l’incompréhension et aux remarques indélicates.

Certains « indices » peuvent toutefois permettre d’identifier une personne malvoyante :       

  • la canne blanche
  • le chien guide
  • les lunettes teintées
  • le nystagmus (mouvement rythmiques des globes oculaires – le plus souvent horizontaux, mais parfois verticaux ou rotatoires)
  • le regard (qui peut être vague ou dévié pour exploiter au maximum le résidu visuel)
  • l’inclinaison de la tête (pour exploiter au maximum le résidu visuel. Certaines personnes inclinent la tête pour mieux voir ou, en situation de lecture, se rapprochent du document.)

Quels sont les grands types de malvoyances ?

Il existe de nombreuses malvoyances différentes, c’est la raison pour laquelle le handicap visuel est souvent mal compris par le public.

Nous pouvons néanmoins distinguer 4 grands types de malvoyances :

  • La vision floue, pouvant être due notamment à une myopie aiguë, la cataracte ou encore une cornée endommagée.
  • La vision avec taches, pouvant être due notamment à une rétinopathie diabétique ou un décollement de la rétine.
  • La perte de la vision centrale, pouvant être due notamment à la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge), la maladie de Stargardt ou de Leber.

La perte de la vision périphérique, pouvant être due notamment à la rétinite pigmentaire ou au glaucome.

La malvoyance ou la cécité touche-t-elle un œil à la fois ou les 2 en même temps ?

Il n’y a aucune règle : la malvoyance peut toucher un œil à la fois comme elle peut toucher les deux yeux en même temps.

Pourquoi une personne déficiente visuelle porte-t-elle des lunettes teintées ?

Le port de lunettes teintées peut avoir deux objectifs :

  • Protection : il arrive que la personne soit atteinte de photophobie (forte sensibilité à la lumière)
  • Esthétique : les lunettes teintées permettent parfois de dissimuler des yeux abîmés

Porter des lunettes signifie-t-il que l’on est malvoyant ?

Non. À partir du moment où la vision peut être corrigée par des verres ou des lentilles, le problème visuel n’est pas reconnu comme handicap. Les personnes malvoyantes utilisent parfois des lunettes qui permettent d’améliorer leur résidu visuel, mais qui ne corrigent pas leur malvoyance.

Quel est le plus difficile : perdre la vue ou naître aveugle ?

Nous pouvons constater une différence entre la personne aveugle de naissance et celle qui a perdu la vue au cours de sa vie.   

La première n’a jamais perçu d’images, elle ne peut donc avoir aucune représentation de son environnement. Elle est née avec son handicap et s’est construit ses propres représentations.
La personne devenue aveugle en cours de vie, en revanche, peut garder plus ou moins longtemps, des attitudes corporelles de voyant : regarder son interlocuteur, se coiffer devant une glace, etc. Toutefois, si les souvenirs lui permettent d’imaginer ce qui lui est décrit, la nostalgie du passé est bien souvent difficile à vivre.  

La personne déficiente visuelle a-t-elle un sens de l’ouïe plus développé que les autres ?

 

La personne déficiente visuelle ne naît pas avec un sens auditif plus performant, mais elle le développe souvent davantage que la personne voyante.
La personne déficiente visuelle apprend en effet à développer ses autres sens afin de compenser le déficit visuel. La pratique améliore donc ses capacités auditives et affine sa capacité à identifier et interpréter les sons.

 

Peut-on prévenir le handicap visuel ?

Certaines pathologies peuvent être prévenues par un dépistage précoce. Ce dépistage permet de préserver au mieux la vision de la personne et de limiter les complications. Pour un adulte, il est conseillé de faire contrôler ses yeux tous les deux ans. Il est également important d’avoir conscience que certaines maladies sont héréditaires.

Il existe également d’autres moyens de prévenir le handicap visuel :

  • Protéger les yeux du soleil, dès le plus jeune âge
  • Éviter certains facteurs de risque comme le tabac, ce dernier pouvant entraîner des troubles visuels importants
  • Avoir une alimentation équilibrée, l’obésité augmentant le risque de développer un diabète, qui peut lui-même entraîner une rétinopathie diabétique

Comment rêve une personne aveugle ?

Si la personne est devenue aveugle en cours de vie, elle rêve en images, comme tout un chacun.
La personne aveugle de naissance rêve en perceptions, c’est-à-dire qu’elle entend, elle sent et touche dans son rêve comme elle le ferait en réalité.  

Comment une personne aveugle de naissance se représente-t-elle les couleurs ?

La représentation des couleurs n’est pas visuelle, mais est associée à des sensations, des objets, des sentiments, des odeurs ou encore des moments vécus.  
Exemples : le rouge peut être associé à la chaleur, le noir à la tristesse, le blanc au froid, etc.

Quelles sont les idées reçues sur la malvoyance ?

  • Les yeux clairs sont-ils plus fragiles que les yeux de couleur foncée ?

Non, contrairement aux idées reçues, la couleur des yeux n’a aucun impact sur la sensibilité à la lumière. L’œil est en effet composé de deux couches de pigments : la première, de la couleur des yeux, est superficielle. C’est la seconde couche, toujours opaque, qui détermine la sensibilité à la lumière. Toute fragilité observée au niveau de cette seconde couche ne peut donc pas être expliquée par la couleur des yeux.

  • La génétique joue-t-elle un rôle dans la déficience visuelle ?

Oui, certaines maladies liées à la déficience visuelle sont héréditaires.
C’est notamment le cas de la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge), la maladie de Stargardt ou encore la maladie de Leber.

  • Les écrans de télévision et d’ordinateur sont-ils dangereux pour les yeux ?

Le fait de rester plusieurs heures devant un écran entraîne une fatigue visuelle, qui peut provoquer des picotements, une sécheresse de l’œil, une gêne visuelle ou encore des maux de tête. Par contre, il n’a pas été prouvé que les écrans abîment les yeux à long-terme et entraînent des troubles visuels. Ils permettent néanmoins de repérer des dysfonctionnements de l’œil lorsque la personne éprouve des difficultés à regarder l’écran ou ressent des gênes. 

  • La carence en vitamines peut-elle être responsable de la perte de la vision ?

L’équilibre alimentaire favorise le bon fonctionnement de l’œil. Une carence en vitamines peut donc entraîner des troubles de la vision ou les aggraver.

  • Le soleil est-il néfaste pour les yeux ?

Les rayons infrarouges et ultraviolets sont effectivement nocifs pour les différentes structures oculaires et peuvent notamment entraîner des inflammations et un endommagement de la cornée. Il est donc essentiel de protéger ses yeux du soleil ou en cas de forte luminosité.

  • Au soleil, le port de lunettes aux verres teintés protège-t-il suffisamment les yeux ?

Oui, à condition d’avoir des verres de bonne qualité qui filtrent 100 % des rayons ultraviolets.

Aider une personne déficiente visuelle (10)

Faut-il aider une personne déficiente visuelle en rue ?

Si vous pensez qu’une personne déficiente visuelle se trouve dans une situation difficile (par exemple pour traverser la rue), proposez-lui votre aide mais ne l’imposez pas. Il se peut que la personne refuse : n’en soyez pas vexés, c’est qu’elle se sent capable de se débrouiller seule !

Comment aider une personne déficiente visuelle ?

Attirez d’abord son attention en posant votre main sur son bras ou sur son épaule. Présentez-vous et proposez-lui votre aide : la guider, lui indiquer un trajet, prendre les transports en commun, etc. Si elle refuse, n’en soyez pas vexé !

Comment aborder une personne déficiente visuelle ?

  • Si vous connaissez la personne, appelez-la par son prénom pour qu’elle sache que c’est à elle que vous vous adressez et présentez-vous.
  • Si vous ne connaissez pas la personne, attirez son attention en posant votre main sur son coude ou son épaule et présentez-vous.
  • Si la personne est accompagnée, adressez-vous directement à elle et non pas à son accompagnateur.

Comment indiquer un chemin à une personne déficiente visuelle ?

  • Abandonnez les descriptions vagues (« là-bas », « par là »…) et la communication non verbale
  • Allez à l’essentiel et utilisez un langage précis (« à droite », « au prochain carrefour à gauche »…)
  • Utilisez des repères fixes : tout ce qui peut être entendu, ressenti par la personne et touché par sa canne blanche (feu de signalisation sonore, bord du trottoir…)
  • Raisonnez en lignes droites pour que la personne se crée une image mentale du trajet

Comment guider une personne déficiente visuelle lors d’un trajet ?

  • Ne prenez pas son bras : offrez-lui le vôtre, votre coude ou votre épaule : demandez-lui avant ce qu’elle préfère
  • Marquez un ralentissement avant un obstacle, décrivez-le (« nous allons descendre un escalier ») et indiquez la fin de l’obstacle

Comment guider une personne déficiente visuelle dans un lieu précis ?

En entrant dans un lieu précis, décrivez-le de manière brève et précise à la personne déficiente visuelle (indiquez par exemple qu’il y a une table au centre de la pièce, avec X chaises installées autour). Si la personne est amenée à devoir circuler dans un bâtiment et traverser plusieurs pièces, veillez à ce que les portes soient complètement ouvertes ou fermées, jamais entrouvertes.

Quand vous entrez dans une pièce où une personne déficiente visuelle se trouve, présentez-vous. De même, prévenez la personne si vous vous éloignez ou quittez la pièce.

Comment aider une personne déficiente visuelle à prendre les transports en commun ?

Accompagnez la personne déficiente visuelle devant la porte, placez sa main sur la main courante ou sur la poignée, et indiquez-lui s’il y a une marche ou si l’espace à franchir pour monter dans le véhicule est important.

Comment indiquer un siège à une personne déficiente visuelle ?

Posez la main de la personne sur le dossier ou sur l’assise : elle pourra ainsi évaluer comment le siège est positionné.  

Peut-on utiliser les termes « voir » et « regarder » ?

Oui, n’ayez pas peur d’employer ces termes : les personnes déficientes visuelles les utilisent également.

Est-il de mise de faire référence aux couleurs ?

Oui. Les personnes déficientes visuelles ont leur propre représentation des couleurs : elles sont associées à des sensations, des objets, des odeurs, etc.

La déficience visuelle au quotidien (10)

Quelles sont les situations difficiles auxquelles la personne aveugle ou malvoyante est confrontée chaque jour ?

La personne déficiente visuelle, selon le degré de son handicap, peut être confrontée à de multiples difficultés. Quelques exemples :

  • Difficultés dans les tâches de la vie quotidienne : s’habiller, faire à manger, faire la vaisselle, remplir des papiers, lire des documents…
  • Difficultés dans les déplacements et obstacles s’y rapportant (travaux, trous dans la chaussée, manque de repères, feux qui ne sont pas sonores, arrêt de bus déplacé…)
  • Changements de configuration de pièces, déménagements de meubles, déplacements d’objets… faisant perdre ses repères à la personne.

Comment la personne déficiente visuelle fait-elle ses courses ?

Tout dépend des préférences et besoins de la personne déficiente visuelle. Certaines préféreront par exemple obtenir une aide extérieure (soit directement du personnel du magasin, soit en étant accompagnées). Certaines personnes malvoyantes s’aident d’une loupe pour déchiffrer les étiquettes et les prix.

La personne déficiente visuelle peut également se servir de son smartphone, en utilisant notamment des applications de reconnaissance d’objets (la personne prend l’objet en photo pour en obtenir une description vocale).

Enfin, de nombreux magasins offrent aujourd’hui la possibilité de faire ses courses en ligne et de se les faire livrer. La personne déficiente visuelle peut donc se servir d’un logiciel de synthèse vocale, installé sur son ordinateur, pour faire ses courses en ligne.   

Comment la personne déficiente visuelle fait-elle pour cuisiner ?

Il existe de nombreuses aides permettant à la personne déficiente visuelle de cuisiner en toute sécurité :

  • Les contrôles des appareils de cuisine (par exemple le four) peuvent être identifiés grâce à des étiquettes et/ou à des repères tactiles
  • Des étiquettes (de couleur, en grands caractères ou encore en braille) peuvent être posées sur les contenants d’ingrédients pour en faciliter l’identification
  • Des petites aides techniques telles qu’un indicateur de niveau liquide (émission d’un timbre sonore lorsque le liquide arrive à un certain niveau), une balance parlante, un séparateur d’œufs, etc.

Comment fait-elle pour trouver les aliments sur son assiette ?

La méthode de l’horloge est une façon courante de repérer les aliments dans l’assiette.

Cette dernière représente le cadran. La personne identifie ensuite chacun des aliments en leur assignant une heure particulière, par exemple : les pommes de terre se trouvent à midi et le poulet à six heures.

La personne malvoyante peut aussi faire appel au contraste, par exemple : une assiette blanche sur un set noir peut contenir des aliments de couleurs très contrastées comme des légumes verts, de la viande et des pommes de terre.

Comment la personne déficiente visuelle fait-elle pour s’acheter ses vêtements seule ?

La personne à qui il reste un résidu visuel pourra peut-être se débrouiller seule. En revanche, les personnes fortement malvoyantes et aveugles devront se faire accompagner et conseiller, ce qui implique de pouvoir faire confiance à l’accompagnateur.

Comment fait-elle pour identifier ses vêtements ?

Une personne bien organisée peut trouver et identifier ses vêtements en les rangeant toujours à la même place. Il est également possible de les identifier au toucher et d’y coudre des étiquettes en braille ou d’utiliser des marqueurs comme des boutons de forme différente cousus à l’intérieur des chaussettes ou des vêtements, etc. La personne peut aussi s’aider de pinces spéciales permettant de garder les chaussettes ensemble durant le lavage ou lors du rangement. 

Comment fait-elle pour identifier les pièces de monnaie et les billets de banque ?

Les pièces de monnaie peuvent tout d’abord être identifiées au toucher : en effet, chacune a des caractéristiques tactiles différentes.

La personne peut également se servir d’une boite contenant un compartiment pour chacune des pièces.

Pour les billets de banque, certaines personnes utilisent un portefeuille à plusieurs compartiments permettant de classer les billets par coupure, d’autres les plient de diverses façons.

 

Comment la personne déficiente visuelle peut-elle connaître l’heure ?

Il existe plusieurs manières de connaître l’heure :

  • Les montres en braille possédant un cadran tactile qui indique l’heure au toucher
  • Les montres et horloges parlantes
  • Les montres munies d’un cadran à grands caractères   

Les smartphones, grâce auxquels l’heure peut être indiquée oralement

La personne déficiente visuelle utilise-t-elle un ordinateur ?

Oui. À l’heure actuelle, il existe de nombreux logiciels facilitant l’utilisation de l’ordinateur et la navigation, tels que les logiciels de synthèse vocale et les logiciels d’agrandissement.  

La personne déficiente visuelle peut-elle avoir accès aux nouvelles technologies (smartphones, tablettes…) ?

Oui. Aujourd’hui, les nouvelles technologies offrent de multiples possibilités et des applications adaptées aux personnes déficientes visuelles, qui peuvent les aider considérablement dans leur vie quotidienne.  Pour apprendre à utiliser ces outils, l’ONA propose des formations « nouvelles technologies » : https://ona.be/que-faisons-nous/accompagnement-social/atelier-nouvelles-technologies/

L'accès à la culture et aux loisirs pour la personne déficiente visuelle (11)

Comment la personne déficiente visuelle peut-elle lire ?

Il existe diverses manières d’avoir accès à la lecture pour une personne déficiente visuelle :

  • Le braille
  • L’adaptation de documents, ouvrages, romans, etc. en grands caractères : la taille de la police est agrandie pour être accessible aux personnes malvoyantes
  • L’enregistrement d’ouvrages sur support audio
  • Le matériel adapté (ex. TV-loupe, barrette braille…)
  • Les logiciels de synthèse vocale, qui permettent de traduire des textes écrits en informations vocales.

La personne déficiente visuelle choisira le format qui lui convient le mieux : tout dépend du degré de son handicap, de ses besoins, de ses préférences, etc.  

Qui a inventé le braille ?

Le braille a été inventé au XIXème siècle par le français Louis Braille, devenu aveugle à l’âge de 5 ans en jouant avec un outil pointu dans l’atelier de son père.     

Comment se présente l’écriture braille ?

L’écriture braille se présente sous forme de points en relief. Chaque caractère est représenté par un code, réparti en 2 colonnes et en 6 points.

L’écriture braille prévoit également des codes spécifiques pour la ponctuation, les caractères spéciaux et les symboles.

alphabet

Qu’est-ce que la transcription ?

La transcription est l’ensemble des traitements à effectuer pour passer d’un document noir (imprimé) à un document en braille.

Qu’est-ce que l’adaptation ?

L’adaptation vient en complément de la transcription. Elle a pour but de permettre l’exploitation du document par une personne déficiente visuelle : rendre les consignes accessibles, permettre la lecture de tableaux, de schémas… L’adaptation se réalise sur différents supports : braille, grands caractères et 3D.

Qu’est-ce que le livre Daisy ?

DAISY (Digital Accessible Information System) est une norme pour les livres audio destinés aux personnes déficientes visuelles. Le livre est alors structuré et permet une navigation aisée tout au long du texte et des chapitres. Le DAISY permet de poser des signets afin de reprendre ultérieurement sa lecture, de donner des informations sur le livre, de faire varier la vitesse de la voix, etc.

Qu’est-ce qu’un livre en grands caractères ?

Il s’agit d’un ouvrage imprimé dans une police de caractère de taille 16 ou plus grande et dont l’interligne a été augmenté.

Qu’est-ce que l’audiodescription ?

Il s’agit d’une technique qui décrit oralement les éléments visuels de films, de spectacles, de pièces de théâtre, d’expositions, etc. Grâce à l’audiodescription, la personne déficiente visuelle ne manque aucun élément essentiel à la compréhension du contenu.    

La personne déficiente visuelle peut-elle visiter des musées ?

La personne déficiente visuelle peut visiter des musées lorsque ceux-ci prévoient des adaptations : descriptions orales, possibilités de découvrir tactilement, etc.

La personne déficiente visuelle peut-elle faire du sport ?

Oui, certains sports sont accessibles pour les personnes déficientes visuelles tels que l’équitation, le judo, etc. Il existe également des sports spécifiquement adaptés pour les personnes déficientes visuelles comme le cécifoot.   

La personne déficiente visuelle regarde-t-elle la télévision ?

Oui, la télévision est une source d’information et de distraction pour les personnes déficientes visuelles. Elles peuvent notamment suivre le journal ou certains documentaires, pour lesquels le commentaire oral suffit à une bonne compréhension. Il leur est plus difficile de suivre un film, c’est la raison pour laquelle l’audiodescription est de plus en plus développée.  

Définitions générales (15)

La déficience visuelle, c’est quoi ?

La déficience visuelle désigne un handicap visuel, qui prive la personne d’une partie ou de l’entièreté de sa vision. 

La vision d’une personne peut être évaluée sur base de deux paramètres : l’acuité visuelle et le champ visuel.

La déficience visuelle renvoie à deux catégories de personnes :

  • Les personnes aveugles : elles présentent une acuité visuelle inférieure ou égale à 1/20ème ou un champ visuel inférieur ou égal à 10 degrés. Les personnes aveugles ne voient pas ou plus, à l’exception éventuellement de la lumière et des ombres.
  • Les personnes malvoyantes : elles présentent une acuité visuelle inférieure ou égale à 3/10ème ou un champ visuel limité à moins de 20 degrés. On ne peut plus corriger la vision de personnes malvoyantes. La malvoyance peut être de naissance ou être la conséquence d’une maladie, d’un accident, d’une pathologie précise ou d’un âge avancé.

Il est important de faire la distinction entre la cécité et la malvoyance, qui sont encore à ce jour des notions méconnues (voir question “Aveugle, malvoyant : quelles différences ?”). 

Bien entendu, chaque personne présente une déficience visuelle particulière. Un examen médical précis est donc indispensable pour comprendre le handicap, en définir les conséquences, et proposer une aide adaptée aux besoins de la personne.  

 

Qu’est-ce que la cécité ?

Une personne atteinte de cécité est une personne aveugle.

Aveugle, malvoyant : quelles différences ?

Pour de nombreuses personnes, on est soit aveugle, soit bien voyant. Pourtant, nombreuses sont les personnes « malvoyantes ».

Si les personnes aveugles ne voient pas ou plus, à l’exception éventuellement de la lumière et des ombres, les personnes malvoyantes, elles, sont des personnes dont la vision ne peut pas être corrigée à l’aide de lunettes. Les comportements, les problèmes ainsi que les besoins des personnes aveugles et malvoyantes sont différents.

Encore méconnues de la société, les personnes malvoyantes sont souvent confrontées à l’incompréhension. En effet, leurs comportements peuvent parfois méprendre et elles sont parfois accusées à tort de « tricherie », car elles ont les attributs de personnes aveugles (lunettes, canne blanche…), mais sont parfois capables de lire ou d’écrire.   

La malvoyance est complexe, parce qu’une vision n’est pas l’autre. Certaines personnes malvoyantes parviennent par exemple à lire mais utilisent une canne blanche pour se déplacer. D’autres utilisent une aide optique pour avoir accès à l’information, mais se déplacent facilement sans aide…

Qu’est-ce que le champ visuel ?

Le champ visuel est l’angle de vue de la personne, on l’appelle également la perception périphérique. Le champ visuel permet la vision des mouvements et de la pénombre. Idéalement, il est de 180 degrés.

Qu’est-ce que l’acuité visuelle ?

L’acuité visuelle permet de distinguer les détails, les formes et les couleurs. Elle est importante pour la lecture et la reconnaissance des traits du visage. Pour évaluer la vision d’une personne, on utilise des échelles d’optométrie, qui se chiffrent en dixièmes.

Qu’est-ce que la DMLA ?

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) est une pathologie caractérisée par une altération de la macula, tissu sensible à la lumière qui tapisse le fond de l’œil et qui est situé au centre de la rétine. La macula assure la vision centrale et la perception des détails précis qui permet de reconnaître un visage, de lire, etc. La DMLA n’engendre pas la cécité totale car la vision périphérique demeure généralement intacte.

Qu’est-ce que la maladie de Stargardt ?

La maladie de Stargardt est une maladie génétique caractérisée par une altération de la macula, tissu sensible à la lumière qui tapisse le fond de l’œil et qui est situé au centre de la rétine. La macula assure la vision centrale et la perception des détails précis qui permet de reconnaître un visage, de lire, etc. La maladie de Stargardt se manifeste par une baisse importante de l’acuité visuelle des deux yeux.

Qu’est-ce que la maladie de Leber ?

La « neuropathie optique de Leber » est une maladie héréditaire caractérisée par un dysfonctionnement du nerf optique, qui transmet les informations de l’œil au cerveau. Elle se manifeste généralement chez de jeunes adultes et entraîne une diminution de l’acuité visuelle.

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une maladie dégénérative qui détruit lentement les fibres du nerf optique. Le glaucome entraîne la réduction du champ visuel, qui va être progressivement entaché de zones moins sensibles. Les pertes liées au glaucome sont irréversibles, néanmoins, s’il est détecté suffisamment tôt, l’évolution de la maladie peut être freinée.

Dans d’autres cas, le glaucome peut conduire à la perte totale et définitive de la vision.

Qu’est-ce que la cataracte ?

La cataracte est un trouble de la vision caractérisé par une opacification du cristallin – lentille principale de l’œil – qui devient trouble. L’âge constitue la cause de la majorité des cataractes, entraînant un vieillissement naturel du cristallin. La cataracte entraîne une myopie de plus en plus forte et une diminution de la perception des détails.

Qu’est-ce que la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique est une affection oculaire liée au diabète. À mesure que la maladie progresse, des vaisseaux sanguins commencent à se former sur la rétine, la membrane photosensible qui tapisse le fond de l’œil. La rétinopathie diabétique entraîne une vision avec taches et peut mener à la cécité si elle n’est pas soignée.

Qu’est-ce que la rétinite pigmentaire ?

La rétinite pigmentaire est une maladie caractérisée par une baisse lente et progressive de la vision. La réduction du champ visuel entraîne de plus en plus de difficultés, particulièrement pour la lecture. À terme, le champ visuel central peut également être touché.  

Qu’est-ce qu’un décollement de la rétine ?

Le décollement de la rétine est une pathologie rare qui se manifeste par une séparation de la rétine par rapport aux membranes externes du globe oculaire. Elle peut mener à la cécité si elle n’est pas traitée rapidement.

Qu’est-ce qu’un endommagement de la cornée ?

La cornée est la membrane transparente située devant l’œil qui permet aux rayons de pénétrer dans l’œil et qui les transmet au cristallin. Une cornée endommagée entraîne une myopie.

Qu’est-ce qu’une myopie aigüe ?

La myopie aigüe est une myopie que l’on ne peut pas corriger à l’aide de lunettes ou de lentilles. La vision de la personne est très floue et l’empêche de distinguer les détails et les couleurs. Elle peut aussi être fortement éblouie par la lumière.

L'inclusion de la personne déficiente visuelle (9)

Quelles sont les mesures qui sont mises en place pour l’inclusion de la personne déficiente visuelle dans la société ?

Dans de nombreux domaines, l’accessibilité pour les personnes déficientes visuelles est d’actualité :

  • L’accessibilité des lieux publics, grâce notamment à la mise en place de feux sonores, de dalles podotactiles, d’indications sonores dans les transports en commun, etc.
  • L’accès à la culture et aux loisirs, rendu possible grâce à l’adaptation de musées, d’expositions et d’activités, ou encore l’audiodescription au cinéma et au théâtre.
  • L’accès à l’éducation, avec l’intégration d’enfants et adolescents déficients visuels dans l’enseignement ordinaire, la mise à disposition d’un matériel adapté, des aménagements de l’environnement, etc.
  • L’accès à l’emploi, en aménageant l’espace et le temps de travail, en réorganisant les tâches, etc.
  • L’accès à la littérature et au ludique, grâce à l’adaptation d’ouvrages et de jeux dans un format qui convient à la personne déficiente visuelle.

A noter que l’accessibilité pour les personnes déficientes visuelles passe également par une sensibilisation des pouvoirs publics et de la population au handicap, pour que ce dernier soit une réalité dont on tient compte.

Comment la personne déficiente visuelle peut-elle avoir accès à l’emploi ?

La personne déficiente visuelle peut tout d’abord se faire aider dans sa recherche d’emploi : divers organismes peuvent en effet la conseiller et l’orienter. Ces mêmes organismes peuvent également informer les employeurs et les conseiller sur l’aménagement du poste de travail, le matériel adapté, les aides financières qui peuvent être octroyées (via des organismes tels que l’AViQ et PHARE), etc. 

À l’ONA, les assistants sociaux sont à la disposition des personnes déficientes visuelles pour les accompagner dans leur projet professionnel et les orienter vers des services pouvant répondre au mieux à leur demande.

Des aménagements sont-ils nécessaires pour qu’elle puisse avoir accès à l’emploi ?

Pour qu’une personne déficiente visuelle puisse exercer au mieux son travail, il est effectivement important de pouvoir apporter des aménagements, dépendant du degré de son handicap et de ses besoins.
Ces aménagements sont divers : aménagement de l’espace de travail, mise à disposition d’un matériel adapté, organisation des tâches, aides financières pour les déplacements, aides humaines pour accomplir certaines missions, etc.

L’enfant aveugle ou malvoyant peut-il intégrer une école ordinaire ?

Un enfant aveugle ou malvoyant peut, s’il le souhaite, suivre sa scolarité dans l’enseignement ordinaire. Selon le degré de son handicap et pour certains cours plus visuels tels que les mathématiques ou la géographie, il aura néanmoins besoin d’aménagements et d’une aide spécifique. Le service d’accompagnement scolaire de l’ONA peut l’aider de diverses manières : https://ona.be/que-faisons-nous/accompagnement-scolaire/ 

 

Comment l’enfant aveugle ou malvoyant fait-il pour lire et écrire ?

Tout dépend de son handicap. 
Un enfant malvoyant peut écrire avec de gros marqueurs, dans des cahiers aux lignes plus grasses. Il peut également s’aider d’une loupe ou d’une TV-loupe.
Un enfant aveugle, lui, va plutôt écrire à l’aide d’une machine à écrire le braille. Cette machine est composée de 7 touches (6 correspondant aux points braille et la touche d’espacement).
Aujourd’hui, les jeunes utilisent surtout un bloc-notes électronique, ou un ordinateur avec un logiciel adapté ainsi qu’une barrette braille, leur permettant de lire en braille ce qui apparaît à l’écran.

En quoi le handicap peut-il avoir des conséquences sur la vie sociale de la personne déficiente visuelle ?

Tout dépend du handicap de la personne, de son degré d’autonomie et de sa personnalité. Certaines personnes se trouvent en effet isolées à cause de leur handicap, qui constitue un frein : que ce soit à cause des déplacements qui lui sont difficiles (voire impossibles), certaines activités qui ne sont pas adaptées, etc. La personne déficiente visuelle peut également rencontrer des difficultés dans ses relations avec autrui à cause de la méconnaissance du handicap, du manque de délicatesse de certaines personnes, des jugements et des idées reçues

 

Enfin, il est difficile pour certaines personnes déficientes visuelles de vivre avec le handicap : la confrontation au regard extérieur et les limites auxquelles elles sont confrontées leur rappellent sans cesse ce handicap. Cela les pousse donc parfois à « préférer » l’isolement, pour s’épargner une souffrance supplémentaire.   

En quoi l’ONA participe à l’inclusion de la personne déficiente visuelle dans la société ?

A travers ses différentes missions et ses services de proximité, l’ONA participe à l’inclusion de la personne déficiente visuelle. Elle veille notamment à ce que la personne déficiente visuelle garde ou retrouve la meilleure autonomie possible, pour lui permettre d’accomplir ses gestes quotidiens, de se déplacer, de faire ses courses… Bref, de réaliser des tâches que tout un chacun fait inconsciemment et qui peuvent pourtant isoler la personne déficiente visuelle lorsque son autonomie est limitée.

L’ONA propose également aux jeunes et adultes déficients visuels des activités, visites, excursions et voyages, favorisant la rencontre et les échanges entre personnes voyantes et déficientes visuelles.

En quoi l’ONA peut-elle aider la personne déficiente visuelle dans sa recherche d’emploi ?

Les assistants sociaux de l’ONA sont présents pour conseiller la personne déficiente visuelle, l’orienter vers des services adaptés et spécialisés dans la recherche d’emploi, la soutenir dans ses démarches et faire le lien entre tous les partenaires impliqués dans le projet.

Comment l’ONA aide l’enfant déficient visuel intégré dans l’enseignement ordinaire ?

Les accompagnateurs scolaires de l’ONA sont présents en classe et/ou à domicile et apportent un suivi personnalisé : retour sur des matières moins comprises, soutien dans les cours plus visuels (géographie, mathématiques, etc.), conseils dans le choix d’un matériel adapté… Les accompagnateurs veillent également à l’épanouissement global du jeune déficient visuel : sur le plan scolaire, mais aussi affectif et social.

Les déplacements de la personne déficiente visuelle (12)

Comment la personne aveugle ou malvoyante retrouve-t-elle son chemin ?

Tout dépend du degré de handicap.

Les personnes malvoyantes peuvent se diriger avec des repères, des noms de rues, etc. Certaines vont pouvoir se déplacer sans difficultés et parviendront à distinguer les obstacles, tandis que d’autres auront besoin d’une aide : accompagnement d’une autre personne, chien guide ou canne de locomotion.

Les personnes aveugles mémorisent leur trajet en se basant sur des repères. Elles apprennent un nouveau trajet avec l’aide d’une autre personne et s’exercent pour devenir le plus autonome possible. Elles peuvent distinguer certains repères à l’aide de leur canne : rigole, taque d’égout… ou en faisant appel à leurs sens : sons, odeurs (par exemple l’odeur que dégage une boulangerie), etc.

Les personnes déficientes visuelles peuvent suivre des cours de locomotion afin d’être plus autonomes dans leurs déplacements.

Comment la personne déficiente visuelle peut-elle percevoir l’espace autour d’elle ?

La personne déficiente visuelle peut se faire décrire l’espace dans lequel elle se trouve par une personne voyante. Elle peut également le découvrir tactilement ou à l’aide de sa canne.

Elle va également prêter attention aux informations que ses autres sens lui apporteront (ex. sons proches et lointains, bruits de chaises qui se déplacent…).

Qu’est-ce que la locomotion ?

La locomotion désigne l’apprentissage du déplacement pour une personne déficiente visuelle et a pour objectif de la rendre la plus autonome possible. La personne va apprendre à travailler avec des repères, à utiliser une canne blanche, à mémoriser des itinéraires, etc.

Qu’est-ce qu’un aménagement podotactile ?

Il s’agit de repères en relief mis en place dans les lieux publics que la personne déficiente visuelle peut détecter à l’aide de sa canne blanche. Ces repères lui permettent d’indiquer une trajectoire, de signaler un danger, de guider vers une information (guichet d’une gare par exemple) ou un lieu (bord du trottoir), etc. Les aménagements podotactiles ne sont pas uniquement des sources de renseignements, mais assurent la sécurité de la personne déficiente visuelle.

À quoi sert la canne blanche ?

La canne blanche est une aide primordiale pour le déplacement de la personne déficiente visuelle. La personne s’en sert comme un outil, lui signalant des obstacles, des reliefs dans le sol, un éventuel danger, une trajectoire, etc.

La canne blanche permet également à la personne de se signaler et d’informer les autres usagers de sa déficience visuelle. Certaines personnes, en voyant la canne blanche, peuvent alors proposer spontanément leur aide à la personne déficiente visuelle.

Quels sont les types de canne blanche ?

Il existe 3 types de cannes : 

  • La canne d’identification : elle signale la déficience visuelle de son utilisateur
    canne de signalisation
  • La canne de locomotion : elle permet à la personne déficiente visuelle de se déplacer et lui fournit des informations pour s’orienter et éviter les obstacles. La canne de locomotion est donc plus perfectionnée. 
    canne de locomotion
  • La canne d’appui : elle est souvent utilisée par les personnes âgées pour se déplacer. Sa couleur blanche permet également de se signaler.
    canne d'appui
     

La canne blanche est-elle obligatoire ?

Non, c’est la personne déficiente visuelle qui fait le choix d’utiliser une canne blanche, selon ses besoins et le degré de son handicap. L’utilisation de la canne blanche nécessite un apprentissage préalable.

Quels moyens de transport sont accessibles pour une personne déficiente visuelle ?

La personne déficiente visuelle, si elle est autonome et se débrouille dans ses déplacements, peut emprunter les transports en commun. Les indications vocales lui signaleront un arrêt, annonceront le prochain, etc. Elle peut également se présenter au conducteur et lui indiquer l’arrêt auquel elle souhaite s’arrêter afin d’être informée lorsqu’elle arrive à destination.

La personne déficiente visuelle peut également faire appel à un service de taxis, qui viennent la chercher à domicile et la déposent là où elle le souhaite.

Un chien-guide connait-il le chemin ?

Le chien-guide ne connaît pas le chemin : il se reconnaît dans les trajets quotidiens et peut donc guider son maître, mais pour tous les trajets à effectuer, il obéit avant tout à des ordres précis (par exemple : « trouve l’escalier »).

Le chien-guide sera ainsi capable de s’arrêter s’il y a une bordure, de chercher un passage pour piétons, de retrouver un feu lumineux pour que son maître puisse appuyer sur le bouton et le faire passer au vert, de contourner des obstacles, de retrouver un arrêt de bus, une entrée, des escaliers, de discerner la gauche de la droite, etc.

Comment reconnaître un chien-guide ?

On peut distinguer un chien-guide à l’aide du port du harnais.

Souvent, le chien porte également une veste avec le nom et le logo de l’école de chien-guide.

Comment se comporter avec un chien-guide ?

Un chien-guide est un chien qui travaille, il est donc important de ne pas le perturber, le nourrir ou le caresser, sinon cela risque de le détourner de sa mission. Le déconcentrer risque également de mettre son maitre en danger.

Lorsque le chien-guide est à l’arrêt et que vous souhaitez le caresser, demandez avant tout l’accord du maître.

Comment adopter un chien-guide ?

En s’adressant à des associations spécialisées dans la formation et l’adoption de chiens-guides.

Je suis aveugle ou malvoyant(e)... (9)

A qui puis-je m’adresser ?

Une association comme l’ONA est spécialisée dans la déficience visuelle : elle pourra vous conseiller et répondre de manière personnalisée à vos demandes et vos besoins.  Le plus simple est de prendre contact avec un assistant social de l’ONA selon votre région (https://ona.be/contact/) ou téléphoner au 02/241.65.68. 

Il pourra vous aider et vous aiguiller dans vos démarches.

 

Comment l’ONA peut-elle m’aider ?

L’ONA propose un accompagnement, une écoute et des conseils personnalisés et adaptés à vos besoins. Elle vous soutient dans vos démarches et construit avec vous des solutions d’autonomie et d’épanouissement.

En faisant appel à l’ONA, vous avez accès à des services de proximité : accompagnement social, accompagnement scolaire pour les jeunes déficients visuels intégrés dans l’enseignement ordinaire, centre de transcription, bibliothèque, ludothèque, loisirs, formations aux nouvelles technologies…

Comment puis-je avoir accès aux services de l’ONA ?

L’ONA est présente à Bruxelles et en Wallonie : selon votre région, n’hésitez donc pas à contacter nos équipes : https://ona.be/contact/

Une attestation de déficience visuelle complétée par un ophtalmologue vous sera demandée. Après avoir écouté vos besoins, nos équipes vous indiqueront les démarches à suivre pour pouvoir bénéficier de nos services.

Comment contacter un assistant social de l’ONA ?

Nous vous invitons à prendre contact avec l’assistant social de l’ONA le plus proche de chez vous : https://ona.be/contact/

Quelles aides financières de pouvoirs subsidiants puis-je recevoir ?

Vous pouvez recevoir diverses aides : allocation de remplacement de revenu, allocation d’intégration, allocation d’aide aux personnes âgées… Il existe également différents avantages fiscaux et sociaux. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec un assistant social de l’ONA https://ona.be/contact/ ou consultez le site : http://handicap.fgov.be/fr.

Comment puis-je me procurer du matériel adapté ?

Pour vous procurer du matériel adapté (TV-loupe, ordinateur adapté, barrette braille…) et recevoir des conseils sur son utilisation, prenez contact avec l’assistant social de l’ONA le plus proche de chez vous : https://ona.be/contact/

Comment puis-je me procurer des petites aides techniques pour la vie journalière ?

Pour découvrir les petites aides techniques, consultez notre catalogue en ligne : https://ona.be/que-faisons-nous/petites-aides-techniques/

Pour en savoir plus et/ou pour commander, prenez contact avec nous : 02/241.65.68

Permanence : le mercredi de 8h à 10h et le jeudi de 8h30 à 10h30.

Faut-il être membre adhérent pour accéder aux services de l’ONA ?

Pour accéder aux services d’accompagnement de l’ONA ainsi qu’à la bibliothèque ou encore aux formations nouvelles technologies, vous devez effectivement être adhérent.

Votre statut d’adhérent vous permettra également d’avoir un tarif avantageux sur les activités de loisirs de l’ONA.

Puis-je avoir accès aux services culturels de l’ONA ?

Oui, vous pouvez vous inscrire aux activités de loisirs, animations, sorties culturelles, excursions, visites…

Consultez l’agenda des prochaines activités : https://ona.be/agenda

Sachez qu’un statut d’adhérent vous permettra de bénéficier d’un tarif avantageux, voire de la gratuité pour certaines activités.

Les aides pour la personne déficiente visuelle (4)

Quelles sont les aides prévues pour la personne déficiente visuelle ?

La personne déficiente visuelle peut recevoir, demander ou acquérir :

  • Des aides financières telles que : allocation de remplacement de revenu, allocation d’intégration, avantages fiscaux et sociaux…
  • Un accompagnement, des conseils et l’accès aux services d’associations comme l’ONA
  • Du matériel adapté et des petites aides pour la vie quotidienne

Quelles petites aides techniques peuvent lui faciliter la vie ?

La personne déficiente visuelle peut par exemple se procurer : du matériel d’aide à l’écriture, une balance de ménage parlante, un indicateur de niveau d’eau, une montre parlante, un téléphone grands caractères, etc.

Est-il plus facile de se déplacer avec une canne blanche qu’un chien-guide ?

Dans un cas comme dans l’autre, il y a des avantages et des inconvénients. L’utilisation d’une canne blanche ou d’un chien-guide dépendra avant tout des choix de la personne déficiente visuelle.

La canne blanche, par les mouvements de balancier que fait l’utilisateur, lui indique des obstacles, des escaliers, un trottoir, d’éventuelles irrégularités dans le sol, etc.

Le chien-guide, lui, va obéir aux ordres précis de son maître en l’emmenant d’un point A à un point B, en contournant les obstacles et les dangers.

Dans un lieu précis, quels aménagements sont nécessaires pour la personne déficiente visuelle ?

Dans les lieux publics, on retrouve notamment des dalles podotactiles qui permettent à la personne de se repérer, lui indiquent le chemin à suivre, un changement de direction ou un danger.

Dans un lieu fermé (domicile, travail…), il est important de ne pas laisser d’objets trainer dans les lieux de passage, les portes doivent être tout à fait ouvertes ou fermées – jamais entrouvertes.

Tous les obstacles pouvant empêcher la personne de circuler doivent être anticipés et évités.

Il est également important de ne pas déplacer d’objets ou de changer la disposition de meubles sans en avertir la personne déficiente visuelle, et de l’aider à repérer ces changements : en les lui décrivant et en l’aidant à les repérer tactilement.

Vous n'avez pas trouvé de réponse à votre question ? Posez-la nous et nous ferons le maximum pour y répondre
47b90b08775641115d0755aaa32588bd222