Témoignages

Les 4, 6 et 7 mars derniers, la Compagnie des Capricieux jouait sur scène une pièce de théâtre au profit de l’ONA.
De nombreux sponsors ont répondu présents à notre appel pour contribuer à financer le projet. C’est grâce à eux que nous avons pu offrir ces 3 soirées exceptionnelles.
Pourquoi s’être engagés à nos côtés ? Quel sentiment en ont-ils retiré ?

Jean-Philippe Cordier, avocat-associé chez Younity (Cabinet spécialisé en droit social et droit des pensions)

Portrait de Jean-Philippe Cordier« Je ne vous apprends rien : les sponsors sont souvent des amis, des connaissances. En l’occurrence, j’avais connu Jean-Marie (NDLR : Jean-Marie Doumont, directeur de l’ONA) quand il était DRH chez Systemat, puis je l’ai suivi chez Sabena Technics. Depuis que Jean-Marie a repris la direction de l’ONA, l’association fait régulièrement appel aux services de Younity.

Je ne vais pas vous le cacher : Younity est une société jeune, créée il y a seulement 2 ans. Il faut bien que le nom circule. Le fait de sponsoriser des événements nous permet de gagner en visibilité. C’est un échange de bons procédés !
Étant encore récents sur le marché, nous ne sommes pas encore entrés dans la politique des grands cabinets, avec une politique RSE (NDLR : Responsabilité sociétale des entreprises) clairement établie, des visuels tout prêts…

Ceci dit, dès la première année de création du cabinet, on a décidé de consacrer un budget marketing spécialement dédié aux activités pro-bono.
Nous n’avons pas forcément de ligne directrice, mais il faut avouer que je suis beaucoup plus sensible dès que les projets relèvent de l’aide à l’enfance ou la petite enfance.
Les enfants, c’est la vie ! A l’inverse, l’aide aux adultes relève plus de la philanthropie.
En tout cas, pour moi, le devoir de l’avocat n’est pas seulement de se faire de l’argent. Nous avons aussi un devoir d’humanisme qui, à mon sens, est intimement lié à la profession.
Cette conscientisation devrait être partagée par tous ! »

 

Paul-Hervé Polet, Silver Sponsor, directeur de Peugeot Professional

Portrait de Paul Hervé PoletComment connaissez-vous l’ONA ?
J’ai connu l’ONA par son directeur, Jean-Marie Doumont.

Qu’est-ce qui vous a conduit à soutenir nos actions ?
Jean-Marie parle toujours avec enthousiasme et passion de l’ONA et de ses actions. Ça m’a permis de me rendre compte de l’importance de vos missions. Je trouve que c’est une belle démarche, une belle initiative à encourager, même avec de petits moyens.

Qu’est-ce que vous avez retiré de cette collaboration ?
C’est agréable et gratifiant mais nous n’attendons rien en retour. D’ailleurs, nous n’avons pas communiqué en interne au personnel. Pour nous ce n’est pas important, ce sont des coups de main, pas des appels publicitaires !

Votre société a-t-elle une politique officielle en matière de responsabilité sociale ?
Non, nous n’avons pas de politique officielle ou de ligne directrice. Je dirais que c’est toujours lié à la personnalité du contact, ça se passe de personne à personne, il n’y a pas de réelle procédure en interne. Ça donne lieu à une grande diversité dans les projets, que ce soit dans les thèmes ou les types d’actions soutenues.

Soutenez-vous d’autres associations ? quels projets soutenez-vous en priorité ?
Nous n’avons pas de préférence en termes de projets ou d’actions : c’est toujours lié aux personnes.
En l’occurrence, les derniers projets qu’on a soutenu étaient souvent liés au domaine du handicap, mais c’est plus un hasard, ce n’est pas quelque chose qu’on a décidé à l’avance.
Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir soutenir une action concrète, une initiative ou un projet qui ait des résultats immédiats.
Pour le reste, tout se base sur la confiance !

Quelle image avez-vous de notre association ?
Avant que Jean-Marie ne rejoigne l’association comme président du conseil d’administration, je ne connaissais pas du tout l’ONA. Vous savez, je suis un consommateur au comportement parfaitement standard : je regarde la télé, je reçois les toute-boîtes… Et je n’en avais jamais entendu parler !
Ceci dit, maintenant que j’ai découvert votre association et ce que vous faites en faveur des personnes déficientes visuelles, j’ai beaucoup d’admiration.
Je trouve ça formidable.

Seriez-vous partant pour de nouvelles collaborations ou pour être associés à nos prochaines actions ?
Bien sûr, mais cela dépendra évidemment du contexte et du budget !

44bd304e2efc75567b22ea5cf99e26d7uuuuuu